Bienvenu sur le site de Sabay Dii

En laotien, Sabay Dii signifie "bonjour", "salut", "ça va"...
Dans la pratique, cette expression est utilisée chaque fois qu'on est heureux de rencontrer quelqu'un.
Pas étonnant que j'ai baptisé mon bateau "Sabay Dii", non ?

mercredi 14 février 2018

En route pour les îles Andaman

Sabay Dii quitte la Thaïlande pour l'Inde.
Cap sur les îles Andaman.
Presque 1000 k de navigation hauturière.
Enfin !!!
Pas sûr que je trouve de l'Internet là-bas pour charger le blog.
Alors il faudra patienter, mais ce sera pour voir des paysages à couper le souffle et pour découvrir un territoire exceptionnel à plus d'un titre.
A bientôt ... pour de nouvelles aventures.

Les plages à l'Ouest de Pukhet

Après Nai Harn, Sabay Dii a continué sa course plein Nord le long de la côte Ouest de Phuket. Jungle beach, Nui Bayn Kata Noi, Kata Yai, Karong, Meridien Bay, Freedom Bay, Patong, Kalim, Naka Lay, Laem Thai, Waterfall Bay, Kamala, Surin, Amanpuri Bay, Bang Tao, Nai Thon, Nai Yang, Mai Khao, ...
Des plages, encore des plages, toujours des plages, plus belles les unes que les autres, parfois immenses (4 à 5 kilomètres de long), parfois nichées dans une petite crique, et accessibles uniquement par la mer.
Peu de monde, peu de bruit en général, presqu'aucun bateau au mouillage, les voiliers semblant à tord ne pas vouloir naviguer de ce côté de Phuket. Mais des barques de pêche.
Toujours une eau limpide, du sable blanc et fin comme de la farine, et cerise sur le gâteau de sable, ... de l'ombre (!!!), pas celle des parasols, non, mais une ombre fraîche végétale, celle de magnifiques filaos centenaires, de bancouliers, de tecks au lieu des cocotiers habituels.
A terre, toutes les facilités que l'on peut attendre de vrais bourgs thaïlandais : épiceries, petits resto à 1 ou 2 € le repas, vendeurs de fruits et de jus de fruits, de poulets ou de brochettes de porc grillé, laveries, loueurs de motos, petits marchés sympas, et bien sûr d'innombrables salons de massage.



Toujours une mer apaisée et des mouillages calmes et beaux où Sabay Dii se balançait doucement au rythme de petites vagues suffisamment sages pour ne pas déranger le "Capitaine' losrqu'il restait à bord, mais suffisamment cambrées à l'approche de la plage, pour permettre aux surfeurs de s'amuser.
Et c'est sans compter les superbes couchers de soleil à l'occident.

Nai Harn, ou en route vers les superbes plages de la côte Ouest de Phuket

A Ko Racha Yai
avant le départ pour Phuket
Après avoir fait une excellente escale à Ko Racha Yai (située à 15 milles au Sud de Phuket) au début de janvier, Sabay Dii est remonté vers la côte Ouest de Phuket où le "Capitaine" s'est offert quatre semaines d'un cabotage alangui et délicieux. Ceux qui me connaissent savent que je préfère à tout autre rivage, les îles sauvages, les côtes rocheuses ou de corail, les littoraux sans accès routier, ..., bref, tout le contraire de ce qui fait justement cette côte ouest mondialement réputée pour ses immenses plages, ses stations balnéaires en perpétuelle effervescence et ses complexes hôteliers de rêve.
Aurais-je fais une mauvaise chute ou serais-je en train de devenir gâteux (certains penseront que je suis en train de devenir "normal") pour être venu m'égarer ainsi le long d'un chapelet de plages à touristes ?
Non, non, non ! En remontant plein Nord de Ko Racha Yai, j'avais le choix de passer soit à l'Est et de retourner dans la baie de Phang Nga que je connais déjà et dont les eaux sont lacérées à longueur de journée par des speedboats lancés à toute vitesse et des longtails extrêmement bruyants, soit passer à l'Ouest où se trouvent toutes les célèbres plages du Sud de la Thaïlande. Cette dernière option, que l'on ne peut choisir qu'en cette saison avec un voilier (car la côte n'offre aucun abri pendant la mousson de Sud-Ouest) ne m'enthousiasmait pas a priori, car je savais qu'en janvier/février, tous les touristes aimant se faire bronzer et/ou faire la fête, convergent de ce côté, la capacité d'accueil semblant sans limite mais toujours avec un niveau d'hébergement allant de l'hôtellerie grand-standing aux ressorts *****.
C'est donc sur la pointe des pieds que le bipède Sabay Dii (et oui, Sabay Dii est un biquille) s'est approché de la baie de Nai Harn, tout au Sud de Phuket, et je ne fus pas déçu.
Le premier bateau de croisière que je vois en Thaïlande
La pointe Sud de l'île de Phuket vue en remontant de Ko Racha Yai
Un petit temple sur une petite île du Sud de Phuket
Je m'attendais à trouver des plages bondées, Eh bien non ; du monde certes (à 80% russe), mais rien à voir avec la Méditerranée au mois d'août. Une superbe plage de sable fin, très propre, avec enfin une eau cristalline, des poissons, du corail, de beaux rochers ourlant le sable. Pas de bruit de scooter des mers, mais des voiliers à l'ancre, au calme.
Même un ponton flottant pour amarrer les annexes
Il y a même quelques jolies petites criques paisibles à 20 mètres de la route
Sous l'eau (entre 28 et 30°), c'est pas mal non plus ...


Cette étoile de mer un peu spéciale est une tueuse de corail
dont les effets dévastateurs sont catastrophiques

































Cette première baie me laissait une bonne impression. Comme le relief permettait d'aller marcher pour jeter un coup d’œil sur toute la pointe Sud de Phuket, j'en ai profité pour délivrer mes gambettes de marin. Et la balade fut très variée et agréable. Beaux panoramas, monuments étonnants et belles rencontres, 
Ko Racha Yai au loin, et au Sud



Le phare du Sud de Phuket, le seul que je connaisse qui soit doré et accompagné d'autels
Et toujours et partout, des éléphants et des photos du Roi (le nouveau, nettement moins adulé que son père)

Un vrai repas laotien avec des laotiens. Miam miam !!!
Taxiteur en vigilance maximale
Un autel à la mode thaï
De mon promontoire, j'ai vu arriver dans la baie de Nai Harn, le voilier Bella Regaza.







Ce frêle esquif déjà rencontré plusieurs fois dans les eaux thaïlandaises mesure la bagatelle de 141 pieds de long (soit une cinquantaine de mètres environ) et a pour destination "le Nirvana", rien que ça. 
 et ça me laisse rêveur ...